Femmes en déchets : Clément Jessyca

Ayant grandi à Montréal, au Québec, dans les 1970s, Jessyca Clement a regardé son grand-père, Marc Audet, construire l’une des premières entreprises de toilettes portatives de la ville.

« C’était un visionnaire », dit-elle. « Il a vu un marché de toilettes portatives dans la région, alors il a acheté les toilettes et un camion de service et a lancé une entreprise pour compléter son revenu. »

Jessyca se souvient des premiers jours où elle monterait dans le siège passager du camion tandis que Marc a tenu compte de certains des plus grands événements estivaux de Montréal, y compris le célèbre Grand Prix. Cela a permis à Jessyca d’avoir un temps précieux en tête-à-tête avec son grand-père et lui a beaucoup appris sur l’entreprise.

« J’avais le meilleur siège de la maison », a-t-elle plaisanté. « Mais le secteur des toilettes portatives a beaucoup changé. À l’époque, ce n’était que pour des événements spéciaux. »

L’entreprise prospère et inspirée par le succès de son beau-père, le père de Jessyca, Roy Clement, est venu travailler avec lui.

Au moment où Marc a pris sa retraite et vendu son entreprise, Roy avait suffisamment appris sur l’industrie pour démarrer une entreprise de courtage de déchets. Plusieurs années plus tard, Roy a fondé une entreprise de toilettes portatives appelée Toilette Royal.

Aucun étranger à l’entreprise familiale d’une enfance n’a passé de temps sur le siège avant du camion de son grand-père, Jessyca était heureuse de jouer son rôle. En été, elle prendrait des vacances de son emploi habituel pour aider son père à gérer son entreprise.

Énergique, motivée et déterminée, Jessyca a forgé sa propre carrière fructueuse chez Air Canada, passant 15 ans au sein de l’entreprise. Après une décennie en tant qu’agente de bord, elle a échangé de l’espace aérien pour des bureaux et a été transférée au poste de directrice des ventes aux clients, où elle était responsable de centaines d’employés dans l’un des aéroports internationaux les plus achalandés du Canada.

En jonglant avec un emploi exigeant à temps plein, sa propre entreprise de déneigement saisonnière et une vie personnelle occupée avec deux jeunes enfants à la maison, Jessyca a continué à aider son père à gérer son entreprise.

« Ce n’était que ma passion », a dit Jessyca de son désir de tout faire. « Je travaillais toute la nuit pour déneiger, rentrer chez moi, préparer les enfants pour l’école et aller travailler pour la journée. »

Peu de temps après la naissance de son troisième enfant, le père de Jessyca a décidé de vendre la Toilette Royal à EBI, une entreprise locale de traitement des déchets solides dans l’est de Montréal.

À ce stade, Jessyca avait acquis une connaissance impressionnante de l’entreprise en travaillant aux côtés de deux générations de chefs de file de l’industrie des déchets. Pour tirer profit de son expérience, la nouvelle propriétaire l’a convaincue de rester en marche et de gérer la division des toilettes portatives de l’entreprise. Jessyca a décidé qu’elle ne pouvait pas laisser passer l’occasion de diriger l’entreprise que son père avait construite.

S’appuyant sur son instinct entrepreneurial inhérent, Jessyca avait une vision claire de la façon dont l’entreprise pouvait croître et sous sa direction, l’entreprise prospère.

Sa réussite a attiré l’attention de GFL et, en juin 2018, elle s’est jointe aux opérations de l’entreprise au Québec, Matrec, en tant que directrice de district.

Jessyca apprécie maintenant le défi de gérer l’une des plus grandes cours des opérations de traitement des déchets solides de GFL dans l’est du Canada. Elle supervise près de 1 400 unités de toilette portatives et une flotte de camions à déchets solides à Montréal.

Elle croit que pour être une leader prospère dans l’industrie des déchets, vous devez vous mettre à la place de tous. C’est pourquoi, un jour donné, vous pouvez trouver qu’elle tire ses toilettes, inspecte l’équipement ou vérifie ses clients.

« Cette entreprise est personnelle pour moi et les employés sont comme ma famille », dit-elle.
Pour ce qui est des femmes dans le domaine, Jessyca croit que chaque femme a quelque chose d’unique à offrir à l’industrie des déchets.

« Nous avons tous notre propre pouvoir spécial et nous devons simplement nous appuyer pour réussir », a-t-elle déclaré. « Mon conseil est de donner tout ce que vous voulez, de voir les choses et de croire en soi. »

Latest News

Media Coverage