Un service diversifié et des solutions durables

Un projet environnemental Green For Life (GFL) visant à boucher un site d’enfouissement de gaz à énergie met en valeur la puissance combinée de diverses zones de service et de solutions innovantes de gestion des déchets.

Installation d’enfouissement BioReactor à Moose Creek, ON.

Le projet novateur, dirigé par la division des déchets solides et le groupe des infrastructures de la société, a vu quatre zones de service différentes de GFL : l’élimination et le détournement des décharges, le traitement des matières organiques et les produits compostables, l’assainissement des sols et l’infrastructure civile, regroupant leurs ressources pour installer une couverture, appelée « bouchon », sur un site d’enfouvertissement à l’usine de la société à l’usine de l’usine de l’usine de l’usine à Moose, à Moose. 

« Pour la première fois, GFL a pu combiner toutes les opérations qu’elle a compilées au cours des dernières années », a déclaré Damian Rodriguez, vice-président des opérations de sol de GFL. « Ce projet est essentiellement réalisé à l’interne. Nous utilisons notre propre sol recyclé, notre compost et notre division civile pour protéger les sites d’enfouissement. Tout cela était autrefois fait par des tiers externes. »

En fournissant des solutions complètes de bout en bout pour le projet sans avoir à embaucher des entrepreneurs externes, la méthodologie « guichet unique » de GFL s’est avérée efficace du point de vue des coûts et des opérations, un avantage qui peut être transmis aux clients.

« Cela a complètement changé le paysage de notre façon de faire des affaires, surtout dans la région du Grand Toronto », a déclaré Rodriguez. « Nous sommes maintenant en mesure de rassembler des colis pour réaliser l’ensemble du projet, de la démolition initiale et de l’étayage à l’excavation subséquente, en passant par les travaux civils qui doivent être effectués et le traitement du sol enlevé pendant l’excavation – tout est effectué par GFL. »

En plus de l’utilisation intelligente des ressources, le projet met également en évidence un certain nombre de solutions de gestion des déchets novatrices et respectueuses de l’environnement au travail. 

Le projet a utilisé les propres installations de traitement des matières organiques et d’assainissement des sols de l’entreprise pour recycler les matières qui seraient autrement destinées aux sites d’enfouissement. Pour les déchets qui ne peuvent pas être recyclés, GFL a investi dans le BioReactor, un site d’enfouissement spécialement conçu qui utilise une technologie unique pour transformer le gaz en énergie renouvelable.

Lorsque les déchets d’enfouissement traditionnels s’accumulent pour contenir autant que possible, le BioReactor est conçu pour décomposer rapidement les déchets et produire une quantité optimale de gaz d’enfouissement. Ses sections peu profondes, appelées « cellules », permettent aux déchets de se décomposer plus rapidement, et le gaz méthane est extrait plus rapidement et en plus grand volume. Le gaz est extrait par le biais de puits, traité et transformé en carburant pour quatre moteurs de cogénération, qui génèrent de l’électricité et alimentent le réseau électrique de l’Ontario.

La plus grande installation du genre au Canada, le BioReactor offre une solution écologique pour l’élimination des décharges, générant 4,5 mégawatts d’énergie renouvelable par année, soit suffisamment d’énergie verte pour 4 000 maisons de l’Ontario. La méthode aide également à réduire les émissions de gaz à effet de serre en contenant du méthane plutôt que de le libérer dans l’atmosphère. 

Lorsqu’une cellule BioReactor est pleine (chacune contient environ 750 000 tonnes de déchets), elle est prête à être obturée. Alors que les sites d’enfouissement traditionnels sont généralement recouverts de terre et d’argile, le bouchon de la cellule est d’un mètre et demi de terre recouverte d’une membrane de caoutchouc imperméable, qui empêche l’humidité de pénétrer et le méthane de pénétrer.

« La clé est d’avoir cette désintégration de déchets aussi rapidement que possible », a déclaré Brian King, directeur de l’usine de Moose Creek. « Nous installons des puits et extrayons du gaz six mois après que les cellules sont pleines et bouchées. Grâce à cette méthode, nous pouvons extraire le gaz immédiatement à mesure que les déchets se décomposent, trois fois plus rapidement qu’un site d’enfouissement traditionnel. » 

Brian King, directeur des installations de Moose Creek.

Avec la membrane de caoutchouc en place, une couche de sol supplémentaire est ajoutée sur le dessus pour encourager la croissance de l’herbe sur le site d’enfouissement.

« Au lieu d’utiliser de la terre végétale vierge ou de décaper d’autres terres pour la terre végétale, nous réutilisons le sol de notre propre installation de traitement de bioremédiation », a expliqué Rodriguez. « Nous considérons le sol comme une ressource – ce n’est pas quelque chose qui doit être ignoré lorsque nous disons « il suffit de l’envoyer à un site d’enfouissement ». Nous avons l’occasion de recycler le sol et de le renvoyer là où il peut être utilisé par la société. »

Les installations de bioremédiation de GFL gèrent collectivement 2 millions de tonnes de sol par année. À cet endroit, le sol est examiné pour déceler la présence de contaminants tels que le carburant, le béton, le bois et le métal, et soumis à un traitement antibactérien naturel qui élimine les contaminants. Une fois traité, le sol est soigneusement testé et déclaré prêt à être réutilisé.

Le sol est mélangé à un compost de haute qualité qui agit comme un engrais naturel qui retient l’humidité, ce qui améliorera la croissance de l’herbe sur le chapeau du sol lorsqu’il est hydro-grainé. Le compost est produit à l’usine de transformation organique principale de GFL, située à côté du BioReactor à Moose Creek. L’installation traite jusqu’à 120 000 tonnes métriques de matières organiques chaque année, y compris les déchets alimentaires résidentiels et commerciaux, les feuilles et les déchets de jardinage provenant de l’Ontario et du Québec. 

Le fait que ces matériaux se retrouvent au-dessus de l’enfouissement plutôt que dans celui-ci fait partie de la mission de GFL de boucler la boucle de durabilité.  

« Nous prenons des choses qui étaient généralement du gaspillage d’autres sources et nous les transformons en produits viables », a déclaré King. « Nous optimisons réellement les capacités de GFL pour faire de ce projet un projet interne complet, donc nous réduisons au minimum l’utilisation des achats et des ressources externes. »  

À l’exception des tests de sol, qui sont effectués par des tiers, l’interaction transparente des divisions de service de GFL a permis à la société de planifier et d’exécuter chaque étape du projet. Cela signifie également que GFL peut ajouter des plafonds d’enfouissement à la liste croissante de services qu’elle peut offrir à ses clients. 

« Ce qui distingue GFL de ses concurrents, c’est l’intégration de toutes les différentes divisions que nous avons. » a dit Rodriguez. « Lorsque nous allons maintenant chez un client, ce n’est pas une question de dire : « Pouvons-nous gérer votre sol? », nous disons : « Pouvons-nous gérer votre sol, votre excavation, votre démolition, votre étayage et vos fondations, vos déchets solides, vos déchets industriels liquides dangereux? ».

Ce n’est pas un service pour les lèvres », a déclaré Rodriguez. « C’est en fait ce que nous faisons. »

Latest News

Media Coverage