Questions et réponses avec Kelsey Serwa

GFL est fière de commanditer cette saison la médaillée d’or et d’argent olympique, la championne du monde, la médaille d’or à deux reprises des X Games et la superstar de la croix de ski tout-terrain Kelsey Serwa. Nous avons discuté avec Kelsey au sujet de sa vie avec Équipe Canada, de ses passions en dehors du sport et de la façon dont une blessure désagréable a mené à une carrière à un niveau élevé.

GFL : Bonjour Kelsey. Pouvez-vous nous dire comment votre partenariat avec GFL s’est produit?
KS : Mon fiancé (professeur Stan Rey) et moi-même avons établi un lien avec Patrick (Dovigi, fondateur et PDG de GFL) par l’entremise de la famille de Stan. Le père de Stan, Eric, est un instructeur de ski chez Whistler Blackcomb et Patrick était un client de lui. Éric a adoré faire du ski avec Patrick et en apprendre davantage sur GFL, alors Stan et moi avons pensé que ce serait une occasion formidable d’approcher Patrick pour voir s’il aimerait nous parrainer cette saison. Ce fut un merveilleux partenariat — Patrick est un homme passionné, généreux et bienveillant et nous sommes vraiment chanceux d’être associés à lui et à GFL.

GFL : Comment la commandite de GFL vous aide-t-elle à vous soutenir?
KS : Elle me permet d’être le meilleur de mon sport pendant la compétition et de me concentrer entièrement sur l’entraînement hors saison. La saison de la compétition se déroule du début décembre à la mi-avril, et bien que nous obtenions un congé à la fin avril et jusqu’en mai, nous sommes de retour à la formation physique à temps plein de juin à décembre, soit environ six heures par jour, six jours par semaine.

GFL : À part votre sport, quelles sont les passions de votre vie?
KS : Je suis étudiant(e) à temps partiel en cinétique humaine au campus de l’Okanagan de l’Université de la Colombie-Britannique, à Kelowna, en Colombie-Britannique, et j’aimerais éventuellement commencer la physiothérapie. J’ai fait une charge complète de cours cet automne de septembre à décembre, puis j’ai fait un saut en avion en Europe juste après mon examen final pour rencontrer l’équipe de ski! J’aime aussi redonner à ma communauté autant que possible, car ma façon de me remercier de m’avoir offert tellement d’occasions. J’ai créé un fonds d’études pour soutenir les étudiants-athlètes diplômés de 12e année à Kelowna poursuivant l’excellence athlétique et universitaire. Je suis la seule collecte de fonds et gestionnaire de cette collecte de fonds, et je peux remettre les prix en juin. J’aime aussi faire des activités de motivation avec des enfants dans et autour de la communauté, ou faire don de mes skis à des collecteurs de fonds, tout comme mes petites façons de redonner.

GFL : Comment passez-vous vos temps libres?
KS : J’ai crocheté et tricoté, ce qui est une bonne idée de tuer les temps lorsque je voyage. J’aime être à l’extérieur, faire de la randonnée, du vélo sur route, du vélo de montagne et tout sport nautique. J’aime beaucoup le yoga et la méditation, et comment cela aide ma performance dans le sport.

GFL : Avez-vous des endroits préférés où vous avez participé?
KS : La Russie était branchée, mais ça prend beaucoup de temps à y arriver! La Corée du Sud a été incroyable pour les Jeux olympiques, et les gens étaient si gentils. J’aime vraiment monter en Suède, la piste est l’une des plus grandes en tournée et totalement différente de ce que vous voyez ailleurs, alors c’est une approche alternative à la course qui est nette. Les organisateurs de la course font un travail incroyable en organisant un événement fantastique là-bas.

GFL : Cela peut sembler une question évidente, mais quel est le point saillant de votre carrière?
KS : Les Jeux olympiques de 2018 ont certainement été un point saillant de la carrière, mais en regardant en arrière, je suis le plus fier de revenir en 2011 [I was competing] aux X Games, et je dirigeais le saut d’achèvement et parce que j’étais en première place au décollage, j’ai aussi été la première à atterrir. J’ai fini par monter de 150 pieds, et j’ai atterri sur mes fesses, puis j’ai fait un culbutage jusqu’à la ligne d’arrivée. J’ai subi trois fractures par tassement dans ma colonne vertébrale, ainsi qu’un coup de fouet assez grave, un coccyx meurtri et un visage gratté, mais nous avons eu des championnats du monde la semaine prochaine en Utah, alors j’avais en fait une semaine pour essayer de récupérer et j’ai manqué toute la formation nécessaire. Je me suis présenté le jour de la course et j’ai fini par gagner la concurrence malgré ma capacité à bouger, et c’est l’un de mes moments les plus fiers, juste à cause de ce que j’ai dû surmonter en si peu de temps.

GFL : Pouvez-vous décrire ce que signifie faire partie d’Équipe Canada pour vous?
KS : C’est un honneur incroyable : tout le monde qui enfile le blouson d’Équipe Canada a travaillé extrêmement fort. Je pense qu’il s’agit d’un lien de parenté instantané que vous rencontrez avec vos coéquipiers, et certains d’entre eux sont vos idoles et certains d’entre eux que vous n’avez jamais rencontrés, mais à ce moment-là, nous sommes tous là comme des égaux et pour le même but : faire de notre mieux, rendre notre pays fier et nous-même.

GFL : Et même si vous êtes en compétition avec vos coéquipiers, vous avez encore une bonne camaraderie?
KS : Exactement. Je me sens comme Brittany (Phelan, le coéquipier de Kelsey qui a remporté l’argent aux Jeux olympiques de 2018) et j’ai un lien spécial — je ne pense pas que quelqu’un est aussi motivé que moi quand elle va bien, et c’est une chose mutuelle en raison du lien entre nous. Je me sens tellement chanceux, car non seulement nous sommes de bons amis, mais nous sommes aussi des coéquipiers qui veulent faire du bien nous-mêmes et qui nous poussent à donner le meilleur de nous-mêmes. Même les concurrents de notre sport d’autres pays passent toute l’année avec eux et s’entraînent avec eux pendant l’été, afin que vous développiez un respect et une camaraderie certains.

GFL : Dernière question : Avez-vous un objectif de carrière que vous n’avez pas encore atteint?
KS : La seule chose que je n’ai pas fait dans mon sport est de gagner le Crystal Globe, pour l’athlète qui a obtenu la meilleure performance toute la saison. En plus de cela, je suis la seule athlète de ski de cross des hommes et des femmes ayant reçu plusieurs médailles olympiques, et j’ai remporté les Championnats du monde, les X Games et les Coupes du monde, donc le Crystal Globe est la seule chose que je n’ai pas pu accomplir.

Latest News

Media Coverage